Suivez-nous

41 Rue de la coutibe 66540 Baho

Tu entends souvent parler de la Convention Internationale des Droits de l'Enfant sans forcément savoir de quoi il s'agit. 

Ce texte à été adopté par l'Assemblée Générale des Nations Unies le 20 novembre 1989. C'est pour cela que, depuis, le 20 novembre est la journée internationale des droits de l'enfant. 

Ce texte a été écrit par des adultes. Il est donc parfois un peu compliqué, un peu difficile à comprendre. Nous avons donc essayé de te le présenter avec des mots plus simples, afin que tu saches bien de quoi il s'agit. 

Ce texte a été écrit pour tous les enfants du Monde. C'est pourquoi il y a des choses qui risquent de te surprendre, parce que tu ne les vis pas dans le pays où tu es. Mais, malheureusement, d'autres enfants les connaissent. 

Et n'oublies pas que, si cette convention te donne des droits, elle t'impose aussi des devoirs : ta liberté s'arrête où commence celle des autres. Tu dois respecter les droits et les libertés des autres et tu ne peux pas, dans l'exercice de tes droits, mettre la société en danger. 

La Convention a été imaginée pour protéger les droits des enfants dans le monde et améliorer leurs conditions de vie.


Article 1 – La définition de l’enfant

La Convention concerne tous les enfants. Si tu as moins de 18 ans, pour la Convention, tu es un enfant et tu es donc protégé. 


Article 2 – Le droit à la non-discrimination

Cette convention doit être appliquée à tous les enfants sans aucune discrimination. Une discrimination, c'est une différence. Ainsi :

– Tu as le droit au respect, que tu sois une fille ou un garçon, et quel que soit ton état de santé, ton origine ethnique (pays) ou sociale (ce que font tes parents), ta langue, ta religion, tes opinions et ta nationalité.

– Tu as le droit à l’égalité, c’est-à-dire que les pays doivent respecter et protéger tes droits au même titre que tous les autres enfants.


Article 3 – Le droit au bien-être (ce qui fait que tu te sens bien) 

Toutes les décisions qui te concernent doivent prendre en compte ton intérêt. 

Les pays doivent te protéger et assurer ton bien-être si tes parents ne peuvent pas le faire pour toi.

Les pays doivent veiller à ce que toutes les institutions chargées de ton bien-être (école, police,…) t’aident et te protègent efficacement.


Article 4 – Le droit d’exercer tes droits

Les pays doivent tout faire pour te permettre d’exercer les droits qui te sont donnés par la Convention.


Article 5 – Le droit d’être guidé par tes parents

En premier lieu, ce sont tes parents qui ont le droit et même le devoir de te guider, te donner des conseils pour t'aider à grandir le mieux possible et exercer tes droits. 


Article 6 – Le droit à la vie et au développement

Comme tout être humain, tu as le droit à la vie et de ne pas être tué.
Et le pays dans lequel tu es doit veiller à ta survie en t’apportant tout ce dont tu as besoin pour ton développement.

 
Article 7 – Le droit à un nom et à une nationalité

Dès ta naissance, tu as le droit d’avoir un nom, un prénom et une nationalité. Ta nationalité te permet d’être accueilli et protégé par un pays. Tu as aussi le droit de connaître tes parents et de vivre avec eux.

 
Article 8 : Le droit à la protection de ton identité

Les pays doivent protéger ton identité. Ils doivent t’aider à ne pas perdre ton nom, ton prénom, ta nationalité et tes relations avec tes parents. Et, ils doivent t'aider à les récupérer si tu en es privé.

 
Article 9 – Le droit de vivre avec tes parents

Tu as le droit de vivre avec tes parents, sauf bien-sûr si c’est contraire à ton intérêt et ton bien-être (notamment si tu es victime chez eux ou de leur part de maltraitance, de négligence, etc.)

Si tes parents se séparent, tu as le droit de donner ton avis pour les décisions te concernant lors de leur séparation. Attention, une séparation reste quand même un problème qui concerne tes parents. Il n'est pas question ici de les empêcher de se séparer. 

Si tu es séparé de tes parents, tu as le droit de les voir régulièrement, sauf, encore une fois, si c’est contraire à ton intérêt et ton bien-être.

Tu as le droit de savoir où sont tes parents, (s’ils sont en prison, par exemple), sauf, toujours, si c’est contraire à ton intérêt et ton bien-être.


Article 10 – Le droit de retrouver ta famille

Si tu es dans un autre pays que tes parents, tu as le droit de quitter ce pays pour aller retrouver tes parents. Tes parents ont le même droit. Attention, pas de fugue, pas de disparition. C'est un droit. Tu dois donc demander qu'il soit appliqué. 

 
Article 11 – La protection contre ton enlèvement et ton déplacement vers un autre pays

Les pays doivent te protéger contre les risques d’enlèvement et de déplacement vers un autre pays.

En cas d’enlèvement, pour assurer ton retour auprès de tes parents, les pays doivent coopérer et travailler ensemble.

 
Article 12 : Le droit à la liberté d’opinion

Dès que tu es en âge d’avoir ta propre opinion, tu as le droit de donner ton avis sur toutes les décisions qui te concernent. Les adultes ont le devoir de t'écouter. 

Les pays, quant à eux, doivent veiller à ce que ton opinion soit prise en compte pour toutes les décisions importantes qui te concernent. 

 
Article 13 – Le droit à la liberté d’expression

Tu as le droit d’exprimer librement ton opinion. Tu as aussi le droit de rechercher et de recevoir des informations et de les retransmettre.

Toutefois, comme toutes les libertés, celles-ci ont leurs limites :

- Tu dois respecter les droits et la réputation des autres.

- Tu dois respecter la société.

 
Article 14 – Le droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion

Tu as droit à la liberté de pensée et de conscience, et tu peux pratiquer une religion.

Tes parents ont le droit et le devoir de te guider dans l’exercice de ce droit, en fonction de ton âge et de tes capacités.

Toujours les mêmes limites : libertés et droits des autres ET respect de la société. 


Article 15 – Le droit à la liberté d’association

Tu as le droit de créer des groupes avec d’autres enfants ou même des adultes. Tu peux participer à des réunions sur des sujets ou des activités qui t’intéressent. En respectant toujours les mêmes limites.

 
Article 16 – Le droit à la protection de ta vie privée

Personne n’a le droit d’intervenir, sans raison légale, dans ta vie privée, c’est-à-dire ta vie avec tes parents et ton intimité. Ta maison, ton courrier, ce qu'il y a sur ton téléphone ta réputation font partie de ta vie privée.

 
Article 17 – Le droit à l’information

Tu as le droit de recevoir des informations (médias) diversifiées et justes :

Les pays doivent veiller à ce que les médias (radios, télévisions, journaux...) transmettent aux enfants des informations utiles ;

Ils doivent favoriser le développement des connaissances et la compréhension des autres cultures ;

Ils doivent encourager la production de livres pour les enfants ;

Ils doivent encourager les médias à prendre en compte la culture et la langue des enfants venant de groupes minoritaires ;

Les pays doivent te protéger contre les informations qui pourraient être contraires à ton intérêt et ton bien-être. C'est pour cela par exemple que certains programmes sont interdits au moins de 10 ans, ou au moins de 16 ans. 

 
Article 18 – La responsabilité de tes parents

Tes parents t'élèvent et veillent à ton bon développement, aidés par les pays qui doivent créer des institutions et des services chargés de veiller à ton intérêt et ton bien-être. 

 
Article 19 – Le droit d’être protégé contre les mauvais traitements

Les pays doivent te protéger contre toutes les formes de mauvais traitements, que tu sois sous la garde de tes parents ou de toute autre personne. Tu as le droit d’être protégé contre la violence, l’abandon, la négligence, l’exploitation et la violence sexuelle.

 
Article 20 – Le droit à une protection même si tu n’as pas de famille

Si tu n’as plus de famille, ton pays doit te protéger et veiller sur toi. Il t’apportera une protection de remplacement pour que tu ne sois pas seul en tenant compte de ton passé et de ta culture.

 
Article 21 – Le droit à l’adoption

Ton adoption ne sera autorisée que si elle favorise ton bien-être. Elle doit être acceptée et autorisée par les personnes qui veillent sur toi.

Tu peux être adopté et partir dans un autre pays que le tien, si c’est la meilleure solution pour toi. Tu devras alors avoir les mêmes droits que si tu avais été adopté dans ton pays d’origine.

Ton adoption ne doit pas être une occasion de faire gagner de l’argent à quelqu'un. 

 
Article 22 – Les droits de l’enfant réfugié (c'est une personne qui est obligée de quitter son pays pour survivre, par exemple si son pays est en guerre) 

Si tu es contraint de quitter ton pays, tu as le droit d’être considéré comme réfugié. Tu seras protégé par le droit international (des lois communes à tous les pays), et par cette Convention, que tu sois seul, avec tes parents ou d’autres adultes.

Les pays et les organisations internationales devront t’aider et veiller sur toi. Ils devront t’aider à retrouver tes parents et ta famille si tu en as été séparé. Si ce n'est pas possible, tu auras une protection de remplacement pour que tu ne sois pas seul.

 
Article 23 – Les droits de l’enfant handicapé

Si tu es handicapé, tu as le droit de mener la meilleure vie possible. Tu as le droit au respect de ta personne et de ta dignité. Tu dois être considéré comme tous les autres enfants, sans discrimination (article 2).

Les pays doivent reconnaître le droit des enfants handicapés de bénéficier de soins spéciaux et essentiels à leur bien-être et apporter une aide à tes parents, notamment afin de t’assurer le droit à l’éducation, à la formation, à la santé, à la rééducation, à l’emploi, aux loisirs, à l’intégration sociale, ainsi qu’à l’épanouissement personnel.

 
Article 24 – Le droit à la santé et aux services médicaux

Les pays doivent te permettre d’être en bonne santé en mettant à ta disposition tous les soins de santé dont tu as besoin, 

Les pays supprimeront les pratiques traditionnelles qui sont dangereuses pour la santé des enfants (comme l'excision). 

 
Article 25 – Le droit à la révision de ton placement

Si ton pays t’a placé dans un centre pour recevoir des soins, tu as le droit que ta situation soit régulièrement réévaluée pour savoir si tu as toujours besoin de ces soins.

 
Article 26 – Le droit à la sécurité sociale

Tu as le droit de bénéficier de la sécurité sociale (système qui te donne accès à besoins essentiels en matière de santé).

 
Article 27 – Le droit à un niveau de vie correct

Tu as le droit d’avoir un niveau de vie correct qui te permette de te développer normalement, sous la responsabilité de tes parents. 

Si nécessaire, les pays devront aider tes parents, surtout pour te nourrir, t’habiller et te loger.
 

Article 28 – Le droit à l’éducation

Les pays doivent te garantir le droit à l’éducation. Ils doivent t'encourager à fréquenter l'école. L'école primaire est gratuite. Cet enseignement est obligatoire (jusqu'à 16 ans même en France !!!) 

Tu as le droit d’accéder à l’enseignement secondaire. Il doit être gratuit, sinon, des aides doivent t’être accordées. Tu as aussi le droit d’accéder à l’enseignement supérieur. 

 
Article 29 – Les objectifs de ton éducation

Ton éducation a pour objectif :

- De favoriser ton épanouissement personnel et le développement de tes capacités ;

- De t’apprendre à respecter les droits de l’homme et les libertés fondamentales ;

- De t’apprendre le respect de ta culture d’origine et du pays dans lequel tu vis ;

- De te préparer à assumer tes responsabilités dans une société libre, dans un esprit de compréhension, de paix, de tolérance, d’égalité et d’amitié entre tous ;

- De t’apprendre à respecter le milieu naturel qui t’entoure.

 
Article 30 – Les droits des enfants de minorités ou de populations autochtones (ce sont des personnes dans des régions loin du monde moderne et qui vivent en harmonie avec la nature)

Si tu appartiens à une minorité ethnique, religieuse ou linguistique, tu as aussi le droit d’avoir ta vie culturelle, de pratiquer ta religion, et de parler la langue de ton groupe.

 
Article 31 – Le droit aux loisirs

Tu as le droit au repos, aux loisirs, aux jeux, et aux activités récréatives. Tu as aussi le droit de participer aux activités artistiques et culturelles de ton âge.

 
Article 32 – Le droit à la protection contre l’exploitation

Les pays doivent te protéger contre l’exploitation, c’est-à-dire le travail. Tu ne peux pas réaliser de travail dangereux ou qui serait mauvais pour ta santé, ton développement et ton éducation. Il doit être fixé un âge en dessous duquel tu n'as pas le droit de travailler.

Quand tu es en âge de le faire, ton pays doit fixer des règlements concernant les heures et tes conditions de travail. 

 
Article 33 – Le droit à la protection contre la drogue

Les pays doivent prendre les mesures nécessaires pour te protéger de toutes les drogues. 


Article 34 – Le droit à la protection contre l’exploitation sexuelle

Les pays doivent te protéger contre toutes les formes d’exploitation (prostitution, photos etc... ) ou des violences sexuelles.


Article 35 – Le droit à la protection contre la vente

Les pays te protègent contre la vente et l’enlèvement. 

 
Article 36 – Le droit à la protection contre les autres formes d’exploitation

Les pays doivent te protéger contre toutes les autres formes d’exploitation qui sont mauvaises pour ton bien-être.

 
Article 37 – Le droit à la protection contre la torture et la privation de liberté

Comme tous les êtres humains, tu ne peux pas être soumis à la torture ou à toute autre peine cruelle et dégradante. 

Tu ne peux pas être condamné(e) à la peine de mort ou être emprisonné(e) à vie.

Ton arrestation et ta détention doivent être les dernières solutions possibles.

Si tu es privé(e) de ta liberté, tu ne peux pas être enfermé(e) avec des adultes. Tes besoins d'enfant doivent être pris en compte et tu auras le droit de rester en contact avec ta famille.

 
Article 38 – Le droit à la protection en cas de conflits armés

En cas de conflits armés, les pays doivent te protéger en respectant les règles du droit humanitaire international (droit qui réglementent les conflits armés).

Si tu as moins de 15 ans, les pays doivent empêcher que tu participes directement aux combats. Tu ne peux pas être recruté(e) dans une armée. Entre 15 et 18 ans, les pays peuvent t’intégrer dans une armée, mais ils doivent choisir en priorité les plus âgés.

 
Article 39 – Le droit à la réadaptation et à la réinsertion

Si tu as été victime de négligence, d’exploitation, de tortures ou de toute autre forme de traitements cruels, les pays doivent t’aider à te réadapter et à retrouver une vie normale.


Article 40 – La justice et les droits des mineurs

En matière de justice, ton âge doit être pris en compte, et tout doit être fait pour que tu puisses réintégrer la société dans de bonnes conditions. Et tu as les mêmes droits que les adultes (présomption d'innocence, procès juste et équitable...) 

 
Article 41 – Le droit à la protection la plus favorable

Si la loi dans les pays t’est plus favorable que ce que prévoit cette Convention, c’est la loi des pays qui doit être appliquée.


Article 42 – La diffusion des droits

Les pays doivent faire connaître le texte de cette Convention aussi bien aux adultes qu’aux enfants.

La Convention internationale des droits de l'enfant expliquée aux enfants
événement du
20 novembre 2019

Interview sur EUROPE 1 "La France bouge"

La-solution-Les-Papillons-la-boite-aux-lLaurent Boyet
00:00 / 07:37

Comment les enfants victimes de violences peuvent-ils se confier sans peur et écrire ce que l'on ne peut pas dire ? C'est l'idée de Laurent Boyet, président de l’association Les Papillons, qui a mis en place des boites aux lettres accessibles aux enfants maltraités.

Par Elisabeth Assayag

La solution : "Les Papillons", la boite aux lettres qui permet aux enfants victimes de violences de se confesser