la colère

Quand on nous fait du mal, la plupart du temps, la blessure se transforme en colère et ça nous ronge, ça nous grignote à l'intérieur. 

Ça nous démange de parler mais on a peur. Peur de celles et ceux qui nous agressent. Peur de la réaction de notre famille. Peur qu'ils ne nous croient pas. Alors on se tait mais, à l'intérieur, ça bouillonne. 

Parfois, on trouve quand même la force, le courage de parler à nos parents, à un copain. Mais, ça ne répond pas à toutes nos questions, ça ne répare pas ce qui est cassé et la colère est là parce qu'on voudrait que tout soit comme avant. Mais ce n'est pas possible.

 

Je connais ce sentiment. Moi aussi à ton âge, j'ai été en colère. Si tu savais combien de fois dans mes rêves j'ai tué mon frère qui m'agressait si souvent. Si tu savais tous ces coups que je me suis donné, tout ce mal que je me suis fait pour me punir de le laisser faire. 

À l'intérieur, on est en colère. On en veut à la terre entière et aussi à soi-même. On la garde pour nous cette colère mais souvent elle est trop forte, elle déborde, un peu comme l'eau qui bout déborde du couvercle. 

Cette colère, un jour, tu ne pourras pas la contenir. Elle sortira de toi comme une rivière en crue. Elle emportera tout sur ton passage, sans que tu puisses rien y faire. Elle t'emportera aussi. 

Mais, même si il est normal que tu sois en colère, pour autant tu ne dois t'en prendre ni aux autres, ni à toi. Ils ne sont pas responsable et tu ne l'es pas non plus. N'oublie pas qu'il n'y a qu'un seul coupable du mal que tu as subi : ton agresseur ! 

Alors ne garde pas cette colère pour toi. Fais la sortir. Fais du sport pour te vider la tête. Va dans la forêt et crie le plus fort que tu peux quand personne ne peut t'entendre. Écris dans un journal intime tout le mal qu'on t'a fait, tout le mal que tu rêves de faire. 

Si tu as parlé à ta famille de ce qu'on t'a fait , demande leur de fixer avec toi les limites que tu peux atteindre pour faire sortir ta colère, pour qu'ils t'aident à l'encadrer. Pour qu'ils la comprennent. 

Mais surtout et quelle que soit la façon que tu vas choisir, ne garde pas la colère en toi.

Laurent BOYET

Méditation

L’œil de la Sophrologue

Gérer sa colère

grâce à la sophrologie :

S'en libérer puis retrouver le calme.

Parfois, il est difficile de savoir comment réagir face à la colère de votre enfant. Sachez que cette émotion est saine et qu'elle mérite d'être accueillie et respectée. 

Si elle n'est pas acceptée, elle peut être mal gérée par votre enfant et se répercuter sur sa vie à la maison et à l'école. Il n'est pas fructueux de la nier ou de la banaliser. 

Vous pouvez dans un premier temps dialoguer avec votre enfant, s'il souhaite s'exprimer au sujet de sa colère. Si c'est difficile pour lui d'exprimer son émotion avec la parole, il peut aussi l'écrire ou la dessiner pour commencer à s'en libérer. 

 

Nous disposons de nombreux outils en sophrologie pour la gestion des émotions et le retour au calme. 

Je vous propose aujourd'hui deux exercices de sophrologie ludique pour gérer sa colère. 

  • Dans le premier exercice, l'objectif sera de se libérer de cette émotion.​​

  • Dans le second exercice, l'objectif sera de s'apaiser et retrouver le calme, une fois que la colère est libérée.

Grâce à ces deux exercices, votre enfant pourra se libérer de sa colère et s'apaiser. N'oubliez pas que le dialogue reste primordial et qu'il est souvent la clé pour résoudre les situations compliquées. 

Jennifer Giunta

Sophrologue spécialisée dans l'accompagnement des enfants (dont enfants atypiques) et de la famille.

Consultations en ligne ou au cabinet 38140 Izeaux.

Image de Thao Le Hoang

Exercice 1 : Le karaté. 

L'objectif est de se libérer de sa colère. 

Tu te mets debout, yeux fermés ou ouverts, peu importe, et tu vas penser fort à ce qui te met en colère, tu l'imagines dans ta tête.

 

Puis tu vas déplacer ce qui te gêne dans tes mains, pour pouvoir la jeter ensuite!

Maintenant tu vas faire comme si tu donnais un coup au karaté.

Tu mets ton bras gauche tendu devant toi , tu inspires en levant ton bras droit avec le coude en arrière, au niveau de ta tête, puis tu projettes ton bras droit devant toi en soufflant par la bouche , comme si tu frappais avec.

 

Tu visualises que tu jettes cette colère. Tu peux même te dire "je jette ma colère!" ou bien crier,  si ça peut t'aider. 

Puis tu relâches tes deux bras. Tu peux fermer les yeux et prendre le temps de ressentir ce qui se passe à l'intérieur de toi, tes sensations, tes émotions...

 

Tu fais ce mouvement 3 fois avec le bras droit. 3 fois avec le bras gauche. Puis 3 fois avec les deux bras. 

Entre chaque mouvement, tu prends bien le temps de te concentrer sur ce que tu ressens, les sensations dans ton corps, si tu te sens libéré ou soulagé davantage à chaque mouvement, etc. 

Conseils aux parents :

Vous pouvez montrer le mouvement à votre enfant avant qu'il ne le fasse. Le guider avec votre voix. Cela facilite l'exercice ("tu lèves ton bras devant toi...")

Cet exercice peut se faire dès 4-5 ans, il est adapté aux grands enfants, aux ados et même aux adultes!

 

N'hésitez pas à le faire en famille pour vous libérer de la colère. 

Et suite à ça, je vous propose un exercice de respiration pour apporter du calme en soi.

Image de Ankush Minda

Exercice 2 : Le ballon coloré. 

L'objectif est de s'apaiser et de retrouver le calme,

une fois la colère libérée. 

Nous allons apprendre la respiration abdominale, qui est une respiration calmante et apaisante.

 

Vous pouvez l'utiliser quand les émotions sont trop fortes, pour faire redescendre la pression, vous recentrer, calmer votre respiration pour apaiser vos  émotions.

 

Elle convient aussi bien aux enfants qu'aux adultes !

 

Comme pour le premier exercice, vous pouvez expliquer à votre enfant et pourquoi pas, faire l'exercice en même temps que lui :

" Tu vas prendre une inspiration par le nez en gonflant ton ventre, comme un ballon.

 

Puis tu souffles par la bouche en laissant ton ventre redescendre. 

Inspire en levant le ventre. Expire en dégonflant le ventre. Doucement. 

Tu te concentres sur les mouvements de ton ventre, qui monte et qui descend. 

Au bout de quelques respirations, tu vas imaginer un ballon au niveau de ton ventre.

 

Quand tu inspires, le ballon se gonfle, quand tu expires, le ballon se dégonfle...

 

Puis imagine le ballon de la couleur qui te plaît. Bleu, jaune, vert, rouge.... Et au fur et à mesure des respirations, il peut changer de couleur...

 

Observe-le se gonfler et se dégonfler au rythme de ta respiration et changer de couleur. C'est agréable et apaisant. 

Saches que plus tu vas souffler longtemps, plus tu vas réussir à te détendre. Une expiration longue amène à une relaxation plus profonde.

 

Essaie de souffler le plus longtemps possible. Pour cela, tu peux imaginer un petit filet d'air qui sort de ta bouche, comme si tu soufflais dans une paille. Et tu souffles tout doucement et longtemps ... c'est très apaisant". 

Conseils aux parents :

Cette respiration est la base de la sophrologie. Vous pouvez l'utiliser à n'importe quel moment, et même instaurer des petits rituels dans la journée : avant de partir à l'école, avant de faire les devoirs, avant de se coucher le soir...

 

5 minutes suffisent pour retrouver son calme. N'hésitez pas à faire l'exercice de respiration avec votre enfant, c'est bénéfique aussi pour les parents !