La confiance en soi ...

" Ce n'est pas de ma faute "

Etre victime, peu importe de quoi, c'est comme si un tsunami passait sur nous et dévastait tout sur son passage. Tout ce qui nous tenait. Tout ce qu'on était, ce à quoi on croyait. 

Il y a le temps d'avant. Avant qu'on nous piétine. Avant qu'on nous fasse mal, qu'on nous annihile. Et puis...il y a le temps d'après. Ce temps peut parfois être terriblement long. Rien n'est jamais plus comme avant. On peut soigner les douleurs physiques. On peut mettre des pansements, prendre des médicaments. On peut diminuer, calmer, endormir le mal que ça nous fait.

Mais, pour apaiser les douleurs morales, il n'y a pas de remèdes miracles. Nos agresseurs détruisent tellement de choses en nous, des choses invisibles pour les autres, dont nous seuls pouvons mesurer l'ampleur, la violence. 

Quand on a été victime, on n'a plus confiance en soi et c'est difficile d'avancer quand on n'a plus d'estime de soi, quand on se persuade qu'on n'y arrivera pas, parce qu'on est nul, parce qu'on ne vaut rien, parce qu'on ne le mérite pas.

On ne se sent plus légitime, pour rien. Bien-sûr que c'est à cause de nous ce que l'on a subi. On se culpabilise toujours de ce qui nous est arrivé. On l'a forcément bien cherché. On a forcément fait ou pas fait quelque chose qui a entraîné, et quelque part, justifié notre agression. On ne peut pas avoir confiance en soi quand on n'a plus l'estime de soi.

Répétez vous toujours ces mots magiques : ce n'est pas de ma faute...

Répétez les encore et encore. Ce mal que nos agresseurs nous ont fait, ça n'est jamais de notre faute. Nous ne sommes pas les coupables. Nous ne sommes pas responsables. Nous sommes autant légitime que n'importe qui d'autre. Être débout, bancal peut être, mais debout, devrait au contraire nous donner toutes les forces.

Car, il nous a fallu une force de caractère incroyable pour nous relever du mal qu'ils nous ont fait. Ils croyaient nous détruire, ils nous ont rendu plus forts. Ils croyaient nous tuer, ils nous ont rendu plus vivant que jamais. C'est ça que vous devez vous dire à chaque fois que vous doutez de vous, à chaque fois que vous pensez que vous n'y arriverez pas.

Nous avons le droit de faire, ou de ne pas faire ce que nous voulons. Être victime ne nous définit pas . Nous n'avons pas à nous excuser, ni à avoir honte d'être ce que nous sommes. Chaque être a sa part de fragilité, sa part d'ombre. 

Et nous sommes comme les autres...