Dans les textes que je te poste ici, dans les discussions avec tes parents, à la télévision, à l'école, partout tu lis et tu entends souvent ce mot : Victime.

Mais est ce que tu sais ce que cela veut vraiment dire, être une victime ?

 

Une victime est une personne qui subit personnellement et directement un préjudice physique, moral ou matériel, du fait d'une infraction qui découle d'une action ou d'un comportement.

Dis comme cela, c'est un peu compliqué à comprendre. Je suis d'accord avec toi. Alors c'est parti pour une explication de texte.

Subir, ça veut dire qu'on te fait quelque chose que tu n'as pas envie qu'on te fasse. On parle ici de quelque chose de grave, quelque chose qui te fait mal ou qui te fait de la peine. Subir, c'est ne pas consentir, ne pas vouloir. C'est dire "non" mais on te fait quand même ce que tu ne veux pas. Tu le subis. 

Tu le subis personnellement et directement. Ça veut dire que c'est à toi que ça fait mal. C'est à toi que ça fait de la peine. Bien sur, ce qu'on te fait peut affecter quelqu'un d'autre. Il, ou elle, sera victime aussi.

Quand tu reçois un coup, forcément, ça te fait mal. Et, ce mal que tu ressens, c'est ce qu'on appelle le préjudice. Il peut être physique. C'est le cas, donc, quand tu reçois un coup de pied, une gifle. Tu as mal physiquement.

 

Mais, le préjudice peut aussi être moral. Par exemple, quand on te dit des méchancetés, ça te fait de la peine. Il n'y a pas de traces sur ta peau. Mais, à l'intérieur de toi, tu es triste. Ça s'appelle une douleur morale.

Enfin, le préjudice peut être matériel. Ça, c'est par exemple quand quelqu'un te vole quelque chose. Il te prend un objet qui t'appartient et que tu ne voulais pas lui donner.

Mais, pour être une victime, il faut que ce qu'on te fait soit interdit et puni par la loi. C'est ce qu'on appelle une infraction. La loi, c'est elle qui fixe les limites. Elle te protège contre toutes celles et tous ceux qui veulent te faire du mal. 

Te faire des caresses à des endroits où tu ne veux pas est une action interdite par la loi. Celui qui le fait peut aller en prison. Mais certains comportements aussi sont interdits par la loi. Le harcèlement à l'école est un comportement interdit par la loi. Et celui qui le fait peut aussi être puni. 

Quand tu fais quelque chose que tes parents t'ont interdit de faire, très souvent tu es puni. Privé de PlayStation pendant une semaine. Privé de sorties avec tes copains. La prochaine fois tu ne le referas plus. C'est à cela que doivent servir les punitions.

C'est la même chose pour celles et ceux qui te font des choses qui sont interdites par la loi. Ils doivent être punis pour ne plus recommencer. Mais pour les punir, pour qu'ils arrêtent de te faire du mal, tu dois trouver la force de le dire.

Même si la personne qui te fait du mal est quelqu'un de ta famille. Même si c'est ton père, un copain, ton entraîneur de football, peu importe, tu dois le dire. C'est la seule façon pour que cela s'arrête.

Et n'oublie pas que,

si tu ne peux pas le dire, écris-le...

Quelles sortes de violences ?

  • Être puni quand on fait une bêtise, c'est normal. Mais une punition ne doit jamais te faire mal, jamais te rabaisser, t'humilier. 

    Être privé de consoles de jeux, être privé de sorties avec ses copains, ce sont des punitions et ça ne fait pas mal.  

     

    Recevoir des coups, être enfermé sur un balcon, se faire insulter, ce sont des violences et c'est interdit.

     

    Des violences, ce ne sont pas que des coups. Ce sont aussi parfois des mots qui font très mal. 

    Même si papa ou maman te disent que c'est normal, que tu l'as bien mérité et que c'est de ta faute, non !

     

    Ce sont des violences ordinaires et tu es une victime !

  • Faire un câlin à un adulte parce qu'on l'aime très fort, c'est normal. C'est une marque d'affection.

     

    Échanger un baiser avec sa petite copine ou son amoureux aussi est normal. C'est de ton âge.

    Mais personne ne peut te faire ce que tu ne veux pas qu'on te fasse. Aucun adulte, ni aucun autre enfant d'ailleurs, ne peut avoir de gestes déplacés sur toi.

    Ton corps est sacré. Il t'appartient.

    Même si c'est quelqu'un de ta famille, même si c'est quelqu'un en qui tu as confiance, même s'il te dit que c'est normal et que tu as peur de faire de la peine, c'est interdit.

     

    Ce sont des violences sexuelles et tu es une victime !

  • Avoir des embrouilles avec les copains, ce sont des choses qui arrivent.

     

    Se faire moquer parce qu'on a dit ou fait une bêtise aussi. C'est normal tant que cela reste exceptionnel. 

    Mais quand tous les jours, on se moque de toi, quand tous les jours on te dit des méchancetés, on te bouscule ou on te frappe, quand on t'exclut du groupe alors ce n'est plus normal.

     

    C'est interdit et cela s'appelle du harcèlement. Ça peut se passer à l'école ou dans le vestiaire de ton club de foot. 

    Peu importe les raisons qu'ils te donnent, tu n'as pas à subir cette violence morale ou physique.

     

    Tu es une victime !

Et, si je suis victime...

Je suis victime de maltraitances
Je suis victime de maltraitances

La Boîte aux Lettres Papillons

est là pour t'aider !!!

Comme une main tendue... Saisis-la. 

Boîte aux lettres virtuelle