Suivez-nous

41 Rue de la coutibe 66540 Baho

 

LE PROJET

DES BOÎTES AUX LETTRES PAPILLONS

C'est la veille de ma rencontre avec Adrien Taquet, le secrétaire d'état à la protection de l'enfance, lors d'un échange avec une victime qu'est née l'idée des boîtes aux lettres Papillons.

 

Et si on mettait quelque chose dans les écoles pour aider

les enfants à libérer leur parole, comme des boîtes aux lettres... 

 

J'ai trouvé l'idée merveilleuse et Tini m'a autorisé à la porter, dès le lendemain auprès du ministre et à bout de bras partout et auprès de tous. 

J’avais 6 ans lorsque mon frère m’a violé pour la première fois. Neuf ans lorsque mon calvaire a enfin pris fin.

J’étais à l’école primaire et j’ai gardé le silence. Je me suis tu parce que mon frère me l’a demandé. Je me suis tu parce que parler me faisait peur. Je n’étais qu’un enfant. Qui allait m’écouter ? Qui allait me croire ?

J’étais à l’école primaire et j’ai baissé la tête, ravalé mes peurs et mes douleurs. Et j’ai continué à faire semblant. 

L’un des buts de l’association Les Papillons est d’installer des boîtes aux lettres Papillons dans toutes les écoles. Pour que les enfants victimes de toute forme de maltraitance puissent, à leur rythme, glisser un petit mot, un dessin, comme une bouée jetée à la mer. 

Nous ne pouvons plus accepter que tous les ans, au moins 165 000 enfants soient victimes de violences sexuelles.

1 enfant toutes les 3 minutes. Deux enfants par classe ! Nous ne pouvons plus accepter qu'au moins deux enfants par classe soient victimes de harcèlement scolaire. 

Les adultes, ou les autres enfants qui leur font du mal leur interdisent toujours de parler. Mais personne ne leur interdit d’écrire. 

L’association Les Papillons ne sollicite aucun argent public pour ses boîtes aux lettres. Nous sommes maître d'œuvre dans ce projet, en partenariat avec les villes qui nous suivent. Personne ne viendra brouiller, édulcorer, minimiser les messages des enfants. 

Nous avons la volonté de faire du projet des boîtes aux lettres papillons un projet citoyen, de le mettre à la portée de toutes les femmes et les hommes de bonne volonté, de toutes celles et de tous ceux qui veulent être de véritables acteurs de la protection de l'enfance. Les chiffres sont terribles. Nous n'avons plus le temps d'attendre. Il faut agir. 

Chaque référent désigné de l'association aura le pouvoir, en son nom, d'aller à la rencontre de son maire, de sa directrice d'école pour les convaincre de l'utilité, du bien-fondé de notre projet.

 

Chaque référent, au moment de leur installation, aura le privilège d'expliquer aux enfants la raison d'être des boîtes aux lettres.

 

Chaque référent pourra créer sa propre équipe de bénévoles de l'association pour relever chaque jour les courriers et les transmettre par mail afin qu'ils soient traités, transmis, selon l'urgence, au 119. 

 

C'est cette proximité, dans chaque ville, dans chaque village, qui nous permettra d'avancer, de sortir du lot et d'offrir aux enfants un outil capable de les aider à vaincre leurs peurs et leurs hontes. 

 

Il est temps d'agir ! Alors... Agissons... Tous ensemble !