ville de nice

Expérimentation dès la rentrée 2019/2020

A la fin du mois d'avril 2019, je participais pour la seconde fois à l'émission de Cyril HANOUNA, "Balance Ton Post", sur C8. Au cours de cette émission, Cyril acceptait de devenir le parrain de l'association Les Papillons et nous envisagions la possibilité d'un grand concert de soutien à la cause des enfants, en novembre. 

Mais, au cours de cette émission, je parlais pour la première fois de ma volonté d'installer, dans toutes les écoles primaires de France, une Boîte aux Lettres Papillons afin d'aider les enfants à libérer leur parole de toutes les formes de maltraitance dont ils pourraient être victimes. 

Quelques jours après, sur les réseaux sociaux, je lançais un appel aux Maires, gestionnaires des écoles primaires. Très vite, et après plus de  75 000 vues, j'ai été contacté par la Mairie de Nice qui souhaitait que je vienne leur expliquer mon idée, ma volonté. 

C'est ainsi qu'est né notre partenariat avec la ville de Nice. Au fil des réunions de travail, au fil de nos discussions, notre projet s'est enrichi, amélioré, pour devenir, aujourd'hui quelque chose de réalisable. Perfectible, très certainement, mais réalisable.

 

Au cours du mois de septembre, des premières boîtes aux lettres devraient être installées dans une première série d'écoles primaires. D'ici à la fin de l'année, les premiers enseignements seront tirés de cette première phase d'expérimentation afin de corriger ce qui doit l'être pour augmenter le nombre d'écoles atteintes. 

Le but est que cette expérimentation puisse servir d'exemple afin que d'autres villes nous rejoignent.

Certaines ont déjà manifesté leur intérêt. Mais cette expérimentation ne doit pas se faire à n'importe quel prix. C'est pourquoi, pour le moment, nous avons suspendu les contacts que nous avions avec la Mairie de Paris.

 

D'autres, à l'origine, pleines de promesses et de bonnes volontés, n'ont pas mesuré l'urgence qu'il y avait à agir. C'est pourquoi nous n'avons pas continué avec la ville de Grenoble. 

Mais, déjà, d'autres grandes villes semblent vouloir en apprendre plus à propos de notre concept. J'espère pouvoir rapidement aller à Lille, et dans d'autres municipalités.

 

Nice va être notre laboratoire et je leur en suis très reconnaissant. Mais il n'est pas question ni de se tromper, ni encore moins d'échouer. Il en va de l'avenir des enfants.